Les Libertins de Gwada et Madinina

Les Libertins de Gwada et  Madinina

Le Libertinage

 

Définition :


Au XVI, le Libertinage est avant tout un courant de pensée, intellectuel, tendant à la revendication au droit à la liberté de pensée et à la remise en cause des dogmes religieux.


Cette permissivité amène à remettre tout naturellement en question leur corelats: les préceptes moraux , via les mœurs et la sexualité, allant jusqu’à se confondre au XVIII, au plus fort de son apogée, à la « licence morale »


La définition retenue aujourd’hui est celle de l’extension de ce principe de liberté sur la sexualité.


En effet, si de nos jours, le Libertin, par définition, se livre aux plaisirs charnels, le Libertinage est devenu synonyme de débauche, de dévergondage, de toute recherche des plaisirs terrestres, qu’ils soient spirituels, matériels ou sensuels.



L’histoire :


Du latin « libertinus » qui désignait l’Affranchi, opposé à l’Homme libre selon le droit romain, le terme français prends naissance sous la plume de Calvin et désigne les dissidents protestants, avant que de s’étendre à tout esprit considéré comme irréligieux comme les Athées par exemple.


Parce qu’impiété est source d’immoralité, le libertin « d’esprit » devient systématiquement libertin de « mœurs », jusqu’à ce qu’en 1683, la distinction entre Religion et Morale soit restaurée, entraînant naturellement le clivage entre les deux qualifications du Libertin.




Le roman Libertin


Au XVII, alors que les libertins « d’esprit » deviennent des « Philosophes », le Libertinage désignera toute frivolité,dévergondage, retranscrit dans un style littéraire propre, fondé sur la séduction, la mise en scène de la conquête amoureuse, l’intellectualisation des plaisirs et le rejet de toute contrainte morale.


On parlera de Philosophie Libertine, empruntant les apparences du roman, reflet d’une élite sociale et d’une conception aristocratique de l’existence, développant tactique, séduction, et stratégie, loin de ce que représente les poèmes gaillards, licencieux et érotiques.


Souvent dans la mouvance du Libertinage mondain caractérisé par le désoeuvrement, il s’oppose à la Bourgeoisie vertueuse et puritaine, le peuple n’apparaissant dans ces écrits, que sous sa forme domestique.


Le roman libertin veille à l’élégance de l’expression, il ne s’abandonne pas à la crudité et à la vulgarité.



Quoiqu’il en soit, le Libertinage est transgressif par rapports aux principes moraux de la Société, et cela même dans sa réduction charnelle de l’émancipation sexuelle.




Sources:http://www.delice-secret.com/html/le_libertinage.html



15/03/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 553 autres membres